Accueil / Les mots et les choses : « Les populations romanes et leurs cultures : langue, poésie, coutumes. » Hambourg, 1928-1944

Les mots et les choses : « Les populations romanes et leurs cultures : langue, poésie, coutumes. » Hambourg, 1928-1944

Wörter und sachen. L’école Hambourgeoise de Fritz Krüger : ethnolinguistique variationniste avant l’heure ?

Avertissement : plusieurs auteurs et notamment Fritz Krüger, pour savante et de grand intérêt scientifique que soit leur œuvre que nous remettons au jour ici, n’en étaient pas moins des hommes et des femmes de leur pays et de leur époque. On lira avec vigilance leurs travaux, prenant ce qu’il y a à prendre et c’est je crois la plus grande part de loin, et laissant les inévitables jugements de valeurs et réflexions progressistes ethnocentrées. Je veux croire en publiant ces liens, que ce discernement va d’autant plus de soi qu’il s’impose en fait à toute lecture et relève des compétences de base d’un lecteur susceptible d’être intéressé par ces travaux. 

Walter Küchler, romaniste, professeur à l’université de Hambourg, codirigea avec Fritz Krüger la revue jusqu’en 1933, époque à laquelle il fut limogé de l’Université au nom des « lois de purification » d’avril 1933 (Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums), car marié à une femme juive. VKR compte 16 volumes annuels dont voici déjà la table des matières des 15 premières années.

Cette école des « mots et des choses » verse une abondance de matériaux ethnolinguistique dans la revue VKR et dans celle presque homonyme, Hamburger Studien zu Volkstum und Kultur der Romanen (HSVKR), voir la Table des numéros parus.

Des mots, des techniques, des constructions et des objets sont minutieusement décrits et représentés. Ces travaux sont par conséquent cités au sein de bibliographies relevant de disciplines aussi diverses que la dialectologie et l’architecture. Les mots et les choses, comme l’ethnolinguistique autochtone, est une école dont on mésestime l’apport. Cela s’explique par plusieurs facteurs. D’abord, leur multidisciplinarité, leur transversalité, n’intéresse pas les expertises en silo validées par l’administration et récipiendaires de budgets. Ensuite, leur description des réalités du terrain dérange en cela qu’il révèle des variations et des réalités qui n’entrent ni dans les catégories prévues par l’administration centrale, ni dans le leitmotiv de l’unicité culturelle nationale qui réduit l’unité en gommant la richesse de ses diversités. Enfin, leur approche pragmatique ne valide pas l’approche descendante des néologismes & théories sur lesquelles on bâtit les carrières universitaires. Dans le cas particulier de l’école hambourgeoise, s’ajoute le soupçon envers ce qui est allemand dans le contexte des années trente, entre les deux guerres qui succèdent à celle de 1870. Fritz Krüger enfin, à l’issue de la seconde guerre mondiale, dut s’exiler à l’université de Cuyo en Argentine d’où il poursuivit son œuvre.

Quelques études :